Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
1 juin 2015 1 01 /06 /juin /2015 15:33
Chers amis, 
 
Le 30 mai 2015 est désormais un jour qui fera date dans notre famille politique, celle de son renouveau, sur la base de ce qui a fait la force de l'UMP pendant treize ans: le rassemblement de toutes les familles de la droite et du centre droit dans notre pays: les gaullistes, les libéraux, les démocrates chrétiens ou encore les radicaux. L'union et le rassemblement donc, mais également une nouvelle énergie et l'envie par-dessus tout d'engager toutes nos forces afin de redonner une ambition à la France et la sortir de l'ornière socialiste. L'UMP devait évoluer et démontrer que la droite est capable de se réformer et de tirer les leçons de ses échecs, à la différence de la gauche qui ne sait qu'en donner. 
 
Avec les Républicains, notre famille ouvre une nouvelle page de son histoire, forte de son expérience, rassemblée derrière son Président Nicolas Sarkozy qui a su remobiliser militants, sympathisants mais également toutes les personnalités politiques qui forment la richesse de notre mouvement. Le cap est fixé. 
 
Au-delà du nom, ce congrès fondateur marque une profonde évolution dans l'organisation et la vie de notre parti. L'UMP est devenue Les Républicains, oui, mais surtout, nous nous sommes dotés de nouveaux statuts, modernes, démocratiques, décentralisés et solides, permettant d'engager et de préparer sereinement le processus des primaires qui désignera le candidat que nous estimerons le mieux à même de nous représenter et de battre la gauche aux élections présidentielles de 2017. A travers ces primaires, Les Républicains pourront démontrer leur capacité à faire vivre le débat de manière organisée, constructive et respectueuse. C'est également le meilleur moyen de mettre un terme au désastre de la division. Car l'engagement est clair: nous nous rangerons tous derrière le vainqueur de ces primaires, quel qu'il soit et nous le porterons à la victoire.
 
L'UMP a engagé la reconquête en 2014 avec les municipales, en 2015 avec les départementales, les Républicains achèveront le travail avec les régionales en décembre et la présidentielle en 2017. Étape par étape, pierre après pierre nous sommes en train de rebâtir le ciment de ce qui fera la France de demain. Un enjeu de taille nous attend en Île-de-France, la région capitale, symbole de tous les échecs de la gauche que nous subissons depuis 17 ans et dont nous constatons chaque jour les dégâts. Le nouveau visage de l'Ile-de-France est incarné aujourd'hui par Valérie PECRESSE et ses équipes, déjà totalement engagées sur le terrain, dans toutes les villes et tous les départements avec une détermination sans faille pour faire, enfin, de l'Ile-de-France le partenaire dont nos territoires ont besoin et dont nous avons tellement manqué. Nous croyons en elle et en celles et ceux qui vont l'accompagner et c'est ensemble que nous donnerons un nouvel avenir à notre région.
 
Le 30 mai 2015, un jour de printemps, la saison de la renaissance. Vive les Républicains, vive la France!
 
Axel Poniatowski
Député et Président de la Fédération UMP du 95

Partager cet article

Repost 0
29 mai 2015 5 29 /05 /mai /2015 20:59
Les Républicains !

 

La Haute Autorité de l’Union a procédé au recensement des votes dès clôture, vendredi 29 mai à 18 heures, du scrutin du Congrès extraordinaire de l’UMP des 28 et 29 mai 2015.
Les résultats issus du décompte sont les suivants :
- Nombre d’électeurs inscrits : 213 030
- Nombres de votants : 97 440, soit 45,74 %
Question 1: Approuvez-vous « Les Républicains » comme dénomination de notre mouvement ?
- Bulletins blancs : 2 429
- Suffrages exprimés : 95 011
- Oui : 79 129, soit 83,28 %
- Non : 15 882, soit 16, 72 %
Question 2: Approuvez-vous les projets de Statuts et de Règlement intérieur issus des travaux de la commission de révision des Statuts ?

- Bulletins blancs : 3 345

- Suffrages exprimés : 94 095

- Oui : 90 653, soit 96,34 %

- Non : 3 442, soit 3,66 %

Question 3: Approuvez-vous la liste des candidats, adoptée en Bureau Politique le 19 mai 2015, en vue de la composition du premier Bureau Politique ?
- Bulletins blancs : 3 683
- Suffrages exprimés : 93 757
- Oui : 88 858, soit 94,77 %
- Non : 4 899, soit 5,23 %

La Haute Autorité a, tout au long des deux jours du scrutin, procédé à l’examen en temps réel des réclamations qui lui ont été adressées. Il a été individuellement répondu à chacune. La Haute Autorité de l’Union rendra sa décision définitive sur les résultats du scrutin dès que l’ensemble des pièces que doivent lui adresser, dès lundi 1er juin, les présidents des lieux de vote constitués dans le cadre des fédérations départementales aura été contrôlé (vérification des feuilles d’émargement des bureaux de vote et des photocopies des pièces d’identité des électeurs) et après examen des réclamations susceptibles d’être formulées dans les délais de recours.

Partager cet article

Repost 0
Published by UMP Cergy - dans Congrès 30 mai 2015
commenter cet article
23 mai 2015 6 23 /05 /mai /2015 12:40
Découvrez Direct Citoyen !

Chers adhérents,

 

Nous avons le plaisir de vous annoncer aujourd'hui le lancement beta de Direct Citoyen !

 

Direct Citoyen est la première application mobile de démocratie directe lancée par un parti politique français. C'était un engagement de notre Président. C'était une demande forte de tous nos adhérents. C'est désormais une réalité.

En tant qu'adhérent, vous serez invité à voter les nouveaux statuts ainsi que le nouveau nom de notre famille politique, les Républicains. Le vote aura lieu par voie électronique, sur Direct Citoyen ou bien sur votre ordinateur. Vous recevrez une notification avec plus d'informations le matin du vote.

 

Téléchargez l'application Direct Citoyen dès aujourd'hui pour pouvoir prendre part au débat et participer facilement à ce vote extrêmement important à la fin du mois. (Veuillez inscrire la même adresse mail que celle utilisée lors de votre adhésion).

Installer Direct Citoyen

 

Merci et à bientôt !

 

Frédéric Péchenard
Directeur général

Partager cet article

Repost 0
6 mai 2015 3 06 /05 /mai /2015 08:55

 

La République est un caractère distinctif et fondamental de l’identité de la France, et c’est l’un de ses principaux atouts dans le monde nouveau qui s’annonce. Contrairement à ce que suppose Jean-Noël Jeanneney dans sa récente tribune (« “Les Républicains” ? Indigne captation d’héritage »Le Monde du 15 avril), elle n’est pas un régime démocratique comme les autres, auquel il suffirait à chacun d’adhérer. La gauche, aujourd’hui, dit « République » parce qu’elle n’ose plus dire « France ». Manuel Valls prétend défendre la République, mais, dans le même temps, il accuse son propre pays d’entretenir un système d’apartheid. N’est-ce pas l’antithèse absolue du principe républicain ?

 

D’autres encore brandissent le drapeau tricolore, mais foulent au pied, quotidiennement, les valeurs de notre patrimoine commun républicain, constitué notamment du respect des différences et de l’apport de chacun à l’œuvre de tous. Au-delà des généalogies artificielles, c’est en se fondant sur nos valeurs que nous pouvons l’affirmer : oui, nous avons toute légitimité à nous renommer « Les Républicains ». De la même façon que les socialistes s’appellent socialistes parce qu’ils défendent d’abord le socialisme, nous souhaitons nous appeler Les Républicains, car nous défendons avant tout l’identité républicaine.

 

ous avons pour ambition d’être un mouvement de large rassemblement, un espace moderne de débat et d’action, le creuset d’une nouvelle alliance des Français pour faire vivre la République. Avec Nicolas Sarkozy, nous aspirons à devenir le mouvement de la France debout et de la République en marche. La République ne se réduit pas à un concept abstrait, ou à la lutte contre les extrêmes. En France, c’est un système de valeurs constituées depuis deux siècles : des racines culturelles, une école méritocratique, la valeur du travail, la protection des plus faibles, pour n’en citer que quelques-unes.

 

Former des esprits complets et cultivés

 

Ces valeurs sont encore plus nécessaires aujourd’hui qu’auparavant, face aux risques du siècle commençant. La gauche, depuis le fameux rapport du think tank Terra Nova et les menées idéologiques des ministres de la justice ou de l’éducation nationale, s’en est ouvertement écartée. Les socialistes ne défendent plus que le dernier carré du socialisme. Plus que jamais, la droite voit l’avenir de la France dans la République.

Les révolutionnaires les plus acharnés avaient voulu faire de la France une table rase. Mais, depuis la chute de Robespierre, la République n’a jamais renié ses racines. Elle prend son appui sur la civilisation judéo-chrétienne et gréco-romaine, d’où nous sommes issus, et qui doit continuer à être notre source d’inspiration humaniste. Ceux qui établirent la République imitèrent la République romaine : il serait temps de s’en rappeler, à l’heure où le gouvernement veut faire disparaître ce qui reste de l’enseignement du latin et du grec.

L’établissement de la République a instauré la souveraineté du peuple et son unité. Elle exige que ses citoyens aient des idéaux et des principes communs. Ils reposent sur l’école méritocratique héritée de Condorcet et Jules Ferry, pilier essentiel de la République. L’école républicaine est libre, obligatoire et égale pour tous ; mais ce que le projet actuel du gouvernement oublie, c’est qu’elle est aussi exigeante, et qu’elle doit valoriser l’excellence, afin de permettre à tout élève méritant de gravir l’échelle sociale, tout en transmettant notre patrimoine.

 

Dans un monde où l’accès à l’information sera de plus en plus facile et le monde du travail de plus en plus spécialisé, l’idéal républicain doit être retrouvé : il s’agit de former des esprits complets et cultivés, non des consommateurs. C’est le même idéal d’unité républicaine, qui a permis l’assimilation au corps national, d’abord des provinces françaises, puis des étrangers installés en France – contrairement à la pratique anglo-saxonne, dont on constate aujourd’hui l’échec. Etre républicain, c’est refuser le communautarisme ; nous demandons, la République demande, aux étrangers de respecter ses lois et ses usages, elle demande aux immigrés, qui veulent devenir français, d’adhérer aux valeurs de la République, sans réserve et sans exceptions. Cela va bien sûr de pair avec un respect absolu de la laïcité dans tous les aspects de la vie publique : c’est désormais un fondement du pacte républicain.

Le modèle d’assimilation doit redevenir un cap pour garantir l’unité nationale des futures générations de citoyens. L’unité républicaine est également venue s’opposer aux privilèges et aux féodalités d’Ancien Régime. Elle a révolutionné le rapport des Français au travail : c’est la Révolution qui a aboli les corporations et les privilèges professionnels. Aujourd’hui, d’autres privilèges, d’autres avantages catégoriels, issus des dérives d’un système social qui était auparavant un fleuron de la République, corrompent la valeur du travail.

 

Etre républicain, c’est vouloir donner une nouvelle grandeur au travail libre et responsable, contre les logiques d’assistanat ou d’emplois aidés. C’est, enfin, soutenir une certaine idée de la modernité. La République de 1792 a donné à la France la jeunesse et l’énergie nécessaires pour affronter les monarchies d’Europe – on devenait général à 25 ans. Face aux défis du XXIe siècle, partis et responsables ne peuvent continuer à agir comme des Bouvard et Pécuchet de la politique, engoncés dans des pratiques myopes et somnolentes.

 

C’est une identité, un projet

 

Le nouveau mouvement, tel que nous l’avons construit, devra mettre en œuvre une nouvelle manière de faire participer les citoyens à l’action politique. Il ne sera pas fondé sur un corps dirigeant centralisé et aveugle, mais sur des bases locales et interactives, qui brasseront plus largement les idées et les participants. Notre mouvement se ressourcera dans un élan de la base, comme la République s’est fondée sur la participation du peuple. Voilà ce qu’est vraiment être républicain.

 

Depuis que le général de Gaulle, à la Libération, a voulu faire en sorte « que la victoire de la France soit aussi celle de la République », notre famille politique n’a jamais dévié de cette boussole commune : défendre la République, défendre la France, défendre ses valeurs, c’est pour nous une seule chose. C’est même le point d’union des composantes de la droite et du centre.

Prendre le nom Les Républicains, aujourd’hui, c’est affirmer clairement nos objectifs. C’est donner une nouvelle dynamique à l’idéal, toujours jeune, de la « chose du peuple ». C’est vouloir le rassemblement et l’unité des Français, alors qu’ils sont sans cesse opposés les uns aux autres, urbains et ruraux, jeunes et vieux, fonctionnaires et travailleurs libéraux. C’est appeler à un soulèvement des Français devant les compromis, les communautarismes, les privilèges et les lâchetés, et redonner à la France sa fierté et son rang de grand pays. Les Républicains, c’est une identité, c’est aussi un projet. La République sera le mur porteur de notre nouveau mouvement et, le moment venu, au cœur de notre projet d’alternance.

 

Nathalie Kosciusko-Morizet est vice-présidente de l’UMP

&

Laurent Wauquiez est secrétaire général de l’UMP


 

En savoir plus sur http://www.lemonde.fr/idees/article/2015/05/03/kosciusko-morizet-donner-une-nouvelle-impulsion-en-rebaptisant-l-ump_4626564_3232.html#G5g9ujchXYf5wF7h.99

Partager cet article

Repost 0
Published by UMP Cergy - dans Congrès 30 mai 2015
commenter cet article
4 mai 2015 1 04 /05 /mai /2015 21:46
Les militants de l'UMP voteront les 28 et 29 mai sur le nom «Les Républicains» proposé par Nicolas Sarkozy.
 
Avant de rebaptiser le parti, les militants de l'UMP doivent donner leur accord. Le président de l'UMP Nicolas Sarkozy fera voter les adhérents de son parti sur le nom «Les Républicains» à la veille du congrès du 30 mai, a déclaré dimanche Nathalie Kosciusko-Morizet, confirmant une information du JDD.
 
Lors d'un vote électronique les 28 et 29 mai, trois questions seront posées aux adhérents : sur les statuts, sur le nom, et sur le principe d'une liste unique pour le bureau politique, a précisé la vice-présidente déléguée de l'UMP. Pourront voter les adhérents à jour de cotisation au 31 décembre 2014 (210 000 personnes).

Plus de parité

Avant d'être posées à l'ensemble des adhérents, ces trois questions seront d'abord posées aux membres du Bureau politique, réuni mardi à Paris. 

Les nouveaux statuts imposent davantage de démocratie, avec la promesse d'un recours régulier au référendum interne grâce à une plateforme dédiée sur internet et davantage de parité.

Au bureau politique, où se côtoient membres de droit (anciens présidents de la République, anciens Premiers ministres...) et membres élus, ces derniers seront strictement paritaires. Idem pour la Commission nationale d'investiture (CNI). Au BP, il n'y aura plus de représentants des cinq courants du parti puisque ceux-ci vont disparaître.

Un sympathisant sur deux préfère UMP

Les élections internes de l'UMP (notamment celles des présidents de fédérations au suffrage universel, ce qui est une première dans ce parti) auront lieu le 4 juillet, a également indiqué NKM. Pourront voter les adhérents inscrits au 30 juin.

Selon un sondage Odoxa publié à la mi-avril, deux Français sur trois, mais surtout plus d'un sympathisant UMP sur deux préfèrent UMP aux Républicains. 53% des sympathisants jugent que «Les Républicains» fait trop américain.

Partager cet article

Repost 0
Published by UMP Cergy - dans Congrès 30 mai 2015
commenter cet article
24 avril 2015 5 24 /04 /avril /2015 08:31

Chers amis,

Si vous avez adhéré à notre mouvement, c’est pour forger l’avenir de la France que nous aimons. C’est de votre engagement, de vos idées et de votre enthousiasme que dépendent la vitalité de notre famille politique et l'alternance en 2017.

C’est pourquoi j’ai l’immense plaisir de vous convier à notre Congrès Fondateur le 30 mai 2015.

Dans notre nouvelle famille politique, je souhaite vous donner la parole et vous mettre au cœur de ce grand mouvement de modernisation. La refondation de notre famille politique est une étape essentielle pour construire cette alternance républicaine dont notre pays a tant besoin. Ensemble, nous allons créer les conditions d’un nouvel espoir pour la France.

Serez-vous parmi nous ?
 

 



Merci pour votre mobilisation. J'ai hâte de vous retrouver le 30 mai. 

Nicolas Sarkozy,
Président de l'UMP

 



Merci pour votre mobilisation. J'ai hâte de vous retrouver le 30 mai. 

Nicolas Sarkozy,
Président de l'UMP

 

Partager cet article

Repost 0

Nous contacter

Alexandre PUEYO

Conseiller départemental de Cergy 2

Responsable des Républicains-Cergy

 

Me suivre sur :

www.alexandre-pueyo.fr

Profil Facebook : pueyoalex

Page Facebook : pueyoalexandre

Twitter : @alexandrepueyo

 

Nous écrire : lesrepublicains.cergy@gmail.com

sur Facebook : Groupe "Les Républicains Cergy"

Page "Les Républicains - 10ème circonscription du Val d'Oise"

Recherche