Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 juillet 2014 4 10 /07 /juillet /2014 07:15
Les dernières semaines, loin d'annoncer la quiétude de l'été, ont été le théâtre d'épisodes politico-judiciaires orchestrés d'une manière dont notre pays a malheureusement le secret. La garde à vue inédite d'un Président de la République, de nuit, l'instruction par des magistrats dont au moins l'une d'entre elles fait partie du Syndicat de la Magistrature, désormais connu pour son triste «mur des cons», le secret de l'instruction bafoué à tous les étages, des écoutes dont on peut s'interroger sur leur légalité, tout ceci concourt, au-delà du fond, à jeter l'opprobre sur une manière de faire. Même si c’est politiquement incorrect aux yeux des médias et des bien-pensants, oui, nous pouvons nous interroger non pas sur l'indépendance mais sur la politisation de la justice. Juridiquement Nicolas Sarkozy est redevenu un citoyen comme les autres, c'est vrai. Mais il n'en demeure pas moins un ancien Président de la République. C'est ce qui laisse à penser que la mise en scène opérée relève davantage de l'acharnement que de seules préoccupations juridiques. S'en émouvoir ne revient pas à remettre en cause l'institution judiciaire en tant que telle mais à poser la question de son impartialité. Et pour le coup c'est une question qui concerne tous les Français car elle pose tout simplement la question de la confiance dans notre justice.
 
Cette confiance, nous devons l'avoir également dans notre parti politique, l'UMP, qui sans elle ne peut exercer sa mission d'opposition de manière crédible et légitime. Or la confiance, cela se mérite. Si nous voulons faire gagner nos idées et apparaître comme une alternative sérieuse aux yeux des Français et pour le rebond de la France, il est impératif que nous fassions évoluer notre mode de fonctionnement interne, que nous repartions sur de nouvelles bases, avec des équipes de collaborateurs resserrées, un budget clarifié, des postes de dépenses clairement établis. C'est la condition sine qua none pour retrouver le sens de la marche. Le processus est en cours et l'UMP en sortira renforcée.
 
Il n'y a d'ailleurs plus de temps à perdre car M. Valls vient de fêter sans tambours ni trompettes ses 100 jours à Matignon. Celui que l'on nous présentait comme le réformateur qui allait révolutionner la gauche et la France montre en réalité un visage bien pâle. Non seulement les réformes en sont toujours au stade des mots, mais l'homme fort comme il aimait à le laisser penser se retrouve pris en otage par une majorité à hue et à dia qui ne cesse de multiplier les menaces de révolte, ligotant un Premier Ministre dont les coups de menton n'ont prise sur personne. Que dire de cette majorité de gauche sinon qu'elle n'est plus que virtuelle tant les divergences qui la transpercent sont nombreuses et profondes ? Les verts ont déjà claqué la porte, à qui le tour ?
 
Bonne vacances à toutes et à tous. Je vous donne rendez-vous en septembre pour amorcer le renouveau.
 
 
Axel Poniatowski
puté, Président de la Fédération UMP 95

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Nous contacter

Alexandre PUEYO

Conseiller départemental de Cergy 2

Responsable des Républicains-Cergy

 

Me suivre sur :

www.alexandre-pueyo.fr

Profil Facebook : pueyoalex

Page Facebook : pueyoalexandre

Twitter : @alexandrepueyo

 

Nous écrire : lesrepublicains.cergy@gmail.com

sur Facebook : Groupe "Les Républicains Cergy"

Page "Les Républicains - 10ème circonscription du Val d'Oise"

Recherche